Culture et patrimoine

Construction du planétarium de Saint Michel l'Observatoire

La commune de St Michel l’Observatoire est connue depuis 1946 comme un haut lieu de l’astronomie française. En 1998, le centre départemental d’astronomie a été ouvert afin de proposer des activités culturelles autour de l’astronomie : observations du soleil, soirée découverte, nuits des perséides…
La CCHPPB a décidé de construire un planétarium sur le site du Centre d’Astronomie afin de compléter l’offre proposée par celui-ci et répondre à la demande des nombreux touristes.

Coût de l’opération : 2 200 000 €
Financements obtenus : Conseil régional 1 000 000 €, Etat 50 000 €, Fondation du Crédit Agricole : 50 000 € et Etat (DETR) 400 000 €

PROJET EXO-ECO, Exoplanètes-Ecologie, le ciel et les étoiles patrimoine immatériel de l'Europe

La communauté de communes Haute Provence Pays de Banon (Alpes de Haute Provence – France) en partenariat avec la commune de NUS (Vallée d’Aoste en Italie) a été retenue dans le cadre d’un projet européen INTERREG ALCOTRA pour son projet :
EXO-ECO, EXOPLANETES – ECOLOGIE : le ciel et les étoiles des Alpes, patrimoine immatériel de l’Europe.

Voir les sites internets des partenaires du projet : 

Développement économique

ATELIERS ET LOGEMENTS POUR DES ARTISANS A SAINT MARTIN-LES-EAUX

Deux ateliers pour des artisans et des logements seront construits à St Martin-les-Eaux afin de répondre aux nombreuses demandes.

Les trois bâtiments prévus vont s’insérer dans la partie haute du village.

Coût de l’opération : 800 000 € HT – Financements obtenus : Conseil régional 150 000 € et État (DETR) 250 000 €.

Aménagement d'un commerce multiservices à VILLEMUS

Commerce de Villemus

La CCHPPB a entreprise depuis plusieurs années de réimplanter des commerces de proximité dans ses communes qui en sont dépourvues afin de répondre à la demande de la population mais également des touristes qui affluent sur notre territoire.

C’est à VILLEMUS que la Communauté de communes a décidé d’aménager un commerce multiservices d’une surface de 75 m².

Coût de l’opération : 595 000 € HT – Financements obtenus : Europe (FEADER) 53 374,11 €, Région Sud 80 000 € et Département des A.H.P 40 000 €.

Aménagement de deux ateliers relais à BANON

La CCHPPB souhaite soutenir le développement économique du pays de Banon qui a fortement souffert de la démilitarisation du plateau d’Albion.
Aussi, elle a procédé à l’acquisition d’un bâtiment d’une surface de 630 m² qui dispose en toiture de piles photovoltaîques.
L’aménagement du bâtiment doit permettre l’accueil de deux activités économiques.
Une société qui fabrique du vinaigre balsamique est intéressée par les locaux.

Coût de l’opération : 1 100 000 € HT
Financements obtenus : Région : 75 000 € – Financements sollicités : 250 000 €.

environnement

Aménagement de la déchèterie de BANON

La déchèterie de BANON est située dans un lieu stratégique qui répond à la demande des usagers de tout un territoire.
Elle nécessite des aménagements afin qu’elle soit plus fonctionnelle. La volonté de la CCHPPB est de rationaliser les équipements sur le territoire et d’inciter la population au tri sélectif, de faciliter le geste de tri.

Coût de l’opération : 880 000 € – Financements obtenus : Région Sud 264 000 €.

Acquisition et installation de colonnes semi-enterrées et/ou enterrées

La CCHPPB a pour objectif la réduction de la production des déchets sur son territoire.
A l’heure actuelle deux modes de fonctionnement persistent : un fonctionnement en régie sur le territoire de l’ancienne communauté de Haute Provence et un fonctionnement avec le SYDEVOM pour l’ancienne Communauté du Pays de Banon.
De plus, la Communauté de Haute Provence a bénéficié de 2010 à 2015 d’un programme européen LIFE+ “CCHP envir challenges”  avec la pose de colonnes semi-enterrées qui a donné de très bons résultats en matière de tri sélectif avec une augmentation de 40% du tri et une réduction des déchets de 12%.
La CCHPPB entend harmoniser son fonctionnement sur tous le territoire avec l’acquisition et l’installation de colonnes semi-enterrées et/ou enterrées sur le territoire du Pays de Banon.

Coût de l’opération : 1 000 000 € – Financements obtenus : Région Sud 300 000 €

Mise en place d'un dispositif de contrôle de remplissage des colonnes de déchets

La CCHPPB a entrepris, depuis plusieurs années, une politique de réduction de la production de ses déchets en incitant la population au tri sélectif avec l’acquisition et l’installation de colonnes semi-enterrées.
Parallèlement, elle souhaite mettre en place un dispositif de contrôle de remplissage des colonnes afin d’éviter les déplacements inutiles des camions de collecte.
Ainsi, chaque colonne de déchets sera équipée d’une sonde qui permettra de mesurer son niveau de remplissage. Une application permettra de communiquer avec les sondes et la tournée de collecte optimale sera mise en place.

Coût de l’opération : 284 000 €
Financement obtenu : Europe (FEDER) 198 000 €.

SERVICES AUX HABITANTS

Construction d'une crèche à SAINT MICHEL L'OBSERVATOIRE

La CCHPPB dispose de trois crèches sur son territoire à Mane, Reillanne et Revest du Bion.Elles font l’objet d’une forte demande et ne parviennent pas à répondre aux attentes des parents.
Aussi, la CCHPPB, en partenariat avec la CAF, a décidé de réaliser une crèche intercommunale à St Michel l’Observatoire d’une capacité de 20 places ainsi que d’un relais d’assistantes maternelles. 
Le bâtiment sera classée Bâtiment Durable Méditerranéen avec un niveau de performances énergétiques élevées.

Coût de l’opération : 1 500 000 €
Financements obtenus : Région Sud 330 000 €, Etat (DETR) 330 000 €, Département des AHP : 131 576 €, CAF 256 000 €

Projet de crèche à ST MICHEL

Construction d'une salle multifonctions à VILLEMUS

Salle multifonctions VILLEMUS

La CCHPPB, à la demande de la municipalité a décidé d’aménager un équipement culturel de type salle multifonctions afin de répondre à la demande de la population et des associations du territoire.
L’objectif est de recréer du lien social dans ses communes membres.
L’équipement culturel  offrira une surface d’environ 218 m² comprenant en rez-de-rue une salle avec rangement et sanitaires d’une surface de 104 m² et en rez-de-jardin d’une salle de réunion et de bureau de 113 m² à destination des associations du territoire.

Coût de l’opération : 595 000 € HT – Financements obtenus : Europe (FEADER)
24 491,82 €, Région Sud 60 000 € et État (DETR)  100 000 €.

urbanisme

PLAN LOCAUX D'URBANISME - PLU -

Cinq villages élaborent ensemble leurs Plans Locaux d’Urbanisme (PLU)

A quoi sert un document d’urbanisme communal (POS ou PLU) ?
– À déterminer les règles à partir desquelles sont instruits les permis de construire et les déclarations de travaux;
– À fixer l’emplacement des futures voiries et équipements publics;
– À à instituer des protections (milieu naturel, patrimoine bâti).

Pourquoi mettre en chantier un PLU dans une commune ?

La plupart des communes disposent d’un Plan d’Occupation des Sols (P.O.S.) établi dans les années 90 ou en tout début des années 2000. Ces POS ont permis une évolution raisonnable de nos villages depuis une quinzaine d’années mais ne répondent plus aux obligations légales actuelles notamment celles qui découlent du Grenelle de l’Environnement.

Saint Martin-les-Eaux n’ayant pas de POS, c’est le Règlement National d’Urbanisme (R.N.U.) qui s’y applique. Ce RNU interdit a priori toute construction qui ne serait pas en continuité du bâti existant et attribue au préfet plutôt qu’au maire la décision d’autoriser ou non les constructions et aménagements.

Dans tous les cas, pour une commune, établir un P.L.U. est l’occasion de repenser son projet pour répondre au mieux aux besoins de ses habitants actuels ou futurs, de son économie agricole et de plus en plus artisanale et industrielle avec par exemple le parc de Pitaugier à Mane, et pour préserver et mettre en valeur son patrimoine paysager, écologique et bâti.

Des PLU construits dans le cadre de la Communauté de Haute-Provence

Pour élaborer leur PLU, Dauphin, Mane, Montjustin, Saint Martin-les-Eaux et Saint Michel l’Observatoire ont décidé fin 2015 de se coordonner leur travail

Les enjeux d’un P.L.U sur le territoire intercommunal ?

Parce que nous partageons beaucoup d’enjeux identiques (quelques exemples : une bonne part du développement économique dans la Communauté s’appuie sur le parc intercommunal de Pitaugier, les crèches de Reillanne et Mane accueillent les jeunes enfants de toutes les communes, nos paysages s’entrecroisent : de Mane on voit Dauphin, de Dauphin on voit Saint Michel-l’Observatoire, …) à le PLU d’une de nos communes ne peut donc s’élaborer qu’en tenant compte des autres communes et le plus possible avec elles.

Parce que du point de vue environnemental, essentiel dans les PLU d’aujourd’hui, nous partageons largement le même terrain.

Parce qu’en mettant nos efforts en commun, nous bénéficierons d’un document de meilleure qualité pour un coût sensiblement plus faible.

Les trois autres communes de la communauté poursuivent de leur côté un travail qu’elles avaient engagé préalablement.

Le P.L.U : Un diagnostic avant le projet

La 1ère phase consiste à établir un diagnostic, c’est à dire repérer les points forts et les points faibles de nos communes, et déterminer les enjeux importants pour nos PLU communaux.

Commencé début mars dès que G2C a été choisi pour nous aider, cette phase s’est terminée en septembre 2016 où nous avons recueilli les avis des Personnes Publiques Associées : État, Région, Département, chambres consulaires, Parc naturel du Luberon, communautés voisines, etc..

Le travail des communes : les projets des PLU

Sur ces bases, chaque commune définit alors son projet. Dans les PLU, cela s’appelle le « PADD » Projet d’Aménagement et de Développement Durables :

Aménagement Durable : cela va de soi pour un PLU, on définira les grandes options en matière de logements, de foncier économique, de voirie, … comme dans un POS

Développement Durable : c’est plus nouveau par rapport à un POS, on décidera des principes généraux à respecter pour préserver au mieux l’environnement tout en permettant le développement souhaitable sur les plans économique et social, ce qu’on appelle le développement durable.

Ces PADD communaux élaborés en parallèle sont enrichis par les projets que les communes portent en commun.

Les dernières étapes du projet : Un zonage et une règlementation

La dernière phase consistera en la construction des zonages (U=Urbain, A=Agricole, N=Naturel, AU= à aménager), et des règlements pour chacune des zones.
Concernant les zones AU ou certaines au moins, des Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP) définiront assez précisément les caractéristiques de ces zones en vue de leur aménagement futur.

 

PLAN LOCAL D’URBANISME DE VILLEMUS

Le Plan Local d’Urbanisme de VILLEMUS a été arrêté
Vous trouverez toutes les informations en cliquant ICI
Les informations relatives à ce dossier peuvent également être demandées auprès de la mairie de Villemus au 04.92.76.44.72.

PLAN LOCAL D’URBANISME DE MANE

Le Plan Local d’Urbanisme (P.L.U) de Mane a été arrêté en conseil municipal le lundi 13 août 2018, il est consultable ICI
ou sur le site www.geoportail-Urbanisme
Suite à l’enquête publique qui a eu lieu du 11 mars au 12 avril 2019 vous pouvez consulter ci-dessous :
rapport d’enquête publique
conclusions motivées de l’enquête publique

PLAN LOCAL D’URBANISME DE MONTJUSTIN

Le plan Local d’Urbanisme de MONTJUSTIN a été arrêté par le conseil municipal le 22/06/2020.
Vous trouverez toutes les informations en cliquant ICI

Village de Montjustin